La crise sanitaire et la santé mentale des salariés

La santé mentale des salariés en berne

D’après un rapport de Malakof Humanis, publié le 9 Septembre 2021, la crise sanitaire continue de dégrader la santé mentale des salariés français. 1 an après le début de la crise, le constat n’a pas changé et les résultats de l’enquête sont alarmants.

On vous explique ce qu’il en est.

Entre confinement à répétition, couvre-feu, télétravail, perte de vie sociale et une multitude de règles sanitaires à respecter, la santé mentale de plus de 40% des salariés du secteur privé en France est affectée. Le nombre d’arrêts de travail a augmenté de 30% entre Janvier et Mai 2021. Outre le covid, les arrêts maladie pour troubles psychologiques sont importants (19%), et 30% d’entre eux sont des arrêts longs (supérieur à un mois).

En Mai 2021, 13% des salariés du privé étaient en arrêt maladie contre 10% en Janvier 2021. 46% de ces arrêts sont liés au Covid. En Avril 2021, le pourcentage était de 54%. Une baisse non négligeable, mais un nombre encore trop important.

Le Covid n’est pas la seule cause des arrêts maladies : 21% d’accidents ou traumatismes, 19% de troubles psychologiques, et 24% de maladies graves et troubles musculosquelettiques. 

Par ailleurs, le rapport nous montre une baisse des collaborateurs qui continuent de travailler bien qu’en arrêt de travail : 8% en Mai 2021 contre 19% en Septembre 2020. 

Managers : plus touchés par la baisse de moral et la dépression

D’après l’enquête, les managers sont plus touchés par les arrêts maladie que les non-managers (17% contre 11%), mais ces arrêts sont davantage liés à des motifs professionnels et non des motifs de santé. De plus, chaque fin de mois, 1 salarié sur 10 déclare penser à poser “un arrêt maladie dans les mois à venir”. Cette donnée indique une détresse chez les collaborateurs. Pour les manager, elle est encore plus importante car le pourcentage s’élève à 15%.

Ces données nous montrent également que l’état mental des salariés se dégrade. Améliorer la qualité de vie au travail serait un bon moyen de les aider à remonter la pente. Faire de la prévention limiterait les risques de troubles psychosociaux.

Le moral des équipes : la responsabilité des ressources humaines ?

Aujourd’hui, un salarié sur 10 déclare être en mauvaise santé mentalement et 41% d’entre eux estiment que la crise sanitaire a joué pour beaucoup dans la dégradation de leur santé mentale et leur état psychologique : beaucoup de salariés ont connu une période d’isolement social intense, “35% déclarent se sentir toujours isolés”, 32% annonce avoir connu une situation financière compliqué, un deuil pour 26% et “une situation compliqué sur le plan familial ou du logement”.

Par ailleurs, les Femmes sont d’autant plus concernées par cette dégradation (47% contre 41% sur l’ensemble des salariés) qu’elles sont en général déjà impactées psychologiquement par le stress et la charge mentale.

Les cadres et les parents isolés sont également plus impactés (46% et 48% respectivement).

La crise a aussi amplifié les états de stress (29%) et les addictions (14%).

La mauvaise gestion des relations humaines 

Côté professionnel, même “si 82 % des salariés se déclarent satisfaits de leur travail”, le rapport nous montre des facteurs psychologiques à prendre en compte : 35% sont stressés, 24% à “bout de force” et 30% “éprouvent un sentiment d’insécurité professionnelle”. La charge de travail enfonce le clou avec 56% qui disent avoir un rythme de travail “soutenu” et 37% “travailler dans l’urgence”.

Le rapport se conclu par les autres dimensions qui jouent sur la santé mentale des collaborateurs :

  • “le manque de reconnaissance” à 19%
  • “le manque de clarté de leur rôle et de leurs missions” à 19%
  • “la charge de travail” à 18%

De bons outils et une bonne gestion permettent de limiter les risques psychosociaux

Depuis le début de la crise sanitaire, l’état psychologique et la santé mentale des collaborateurs a été mise à rude épreuve. Beaucoup (trop) de changements internes ont été opérés dans les entreprises et le bien-être des employés a souvent été mis de côté pour laisser place à la survie de l’entreprise.

Les entreprises se rendent compte aujourd’hui de l’importance du bien-être et de la bonne santé mentale de leurs salariés, au vu du manque d’engagement, du turn over et des baisses de performances (dûes à des charges de travail trop importantes et des objectifs non atteignables).

Pour 43% des salariés, les entreprises ne se sont pas assez préoccupées de leur santé mentale et de leur détresse psychologique. 

Isolés, en télétravail depuis plus d’un an pour certains, en manque de vie sociale, la réouverture des lieux publics et la levée de certaines mesures sanitaires a redonné espoir à beaucoup de salariés. Pour autant, la plupart des espoirs qu’avaient les salariés ne se sont pas réalisés.

Les entreprises doivent redoubler d’effort pour que le mental revienne et les employeurs doivent mettre en place des processus et des actions pour améliorer la qualité de vie au travail de leurs employés.

Par exemple, prendre en compte ce qu’ils ont à dire, les écouter et agir en conséquence. Organiser des moments corporate comme des team building (même virtuels) pour que les collaborateurs se rapprochent, fassent connaissance et que les nouveaux s’intègrent, ne pas imposer le télétravail et autoriser ceux qui le veulent à revenir sur les lieux tout en respectant les consignes de sécurité sanitaires et les mesures de distanciation sociale si cela est possible.

Mettre en place des services d’aide psychologique peut aussi être une action importante pour l’amélioration de la santé mentale des salariés. Consulter des psychologues, des médecins spécialisés ou des personnes qualifiées peut aider les employés à traverser cette période difficile et à retrouver la motivation, l’engouement et surtout à gérer le stress, la charge de travail et l’organisation.

La responsabilité du manager dans la gestion des risques

A l’heure actuelle, un bon manager est un manager qui place l’humain avant tout. Il fait confiance, il donne les outils nécessaires, gère l’organisation et assure la sécurité (mental et/ou physique) de ses managés. 

On oublie donc le micro management qui, il faut l’avouer, ressemble étroitement à de l’harcèlement. Beaucoup d’études ont montré qu’un collaborateur plus libre est plus performant pour ses employeurs.

Entreprise, confinement, organisation et ressources humaines 

Les collaborateurs ont besoin de se sentir impliqués, de voir que leur santé mentale compte pour leur employeurs et leurs managers. Ce n’est pas le cas depuis le début de la crise sanitaire et ce constat est alarmant. Les confinements, le télétravail et les changements dans l’organisation, les risques et le stress liés au manque de sécurité de l’emploi ont eu une empreinte importante sur la santé des collaborateurs.

Tout le monde espère sortir rapidement de cette crise. Les collaborateurs ne supportent plus que leur bien-être soit mis de côté au profit de la situation financière de l’entreprise. Pourtant, un collaborateur en bonne santé, engagé et impliqué est beaucoup plus productif et motivé. Prenez soin de vos équipes et de leur moral. C’est le meilleur moyen de développer l’engagement !

Pour engager vos collaborateurs, pense aux plateformes d’engagements ! Il en existe plusieurs sortes : collaboratives, associatives ou encore internes. Découvrez la plateforme d’engagement IdeAll !

Demande d'information